Publié le

Le bonus/malus est un système d'augmentation ou de réduction du prix du contrat d'assurance qui dépend de l'attitude adoptée par le conducteur au volant. Vous souhaitez calculer votre bonus ou malus auto ? CapCar vous donne tous les éléments nécessaires !


Le systĂšme du bonus/malus

Mis en place par les assureurs , le mĂ©canisme du bonus/malus rĂ©compense ou sanctionne les automobilistes selon qu'ils adoptent ou non un bon comportement au volant. Les conducteurs ont ainsi des bonus ou malus en fonction du "risque" qu'ils reprĂ©sentent par rapport au taux de sinistralitĂ©.  

Ce systĂšme repose sur un coefficient appelĂ© le Coefficient de Majoration RĂ©duction (le CMR). En plus de varier en fonction de la conduite, la CMR dĂ©pend de l'utilisation faite du vĂ©hicule, il est plus Ă©levĂ© pour un vĂ©hicule utilisĂ© pour chaque dĂ©placement. Par exemple, un individu vivant Ă  la campagne et nĂ©cessitant un vĂ©hicule pour se dĂ©placer frĂ©quemment n'aura pas le mĂȘme coefficient qu'un citadin.

Accident1,00+25%=1,251,00+20%=1,20
Pas d'accident1,00-5%=0,951,00-7%=0,93

Coefficient habituelCoefficient pour véhicule utilisé pour tous les déplacements


Le coefficient des bonus et malus est multiplié par le prix du contrat d'assurance et détermine le montant de la prime auto demandé à chaque conducteur. Ainsi, les conducteurs plus dangereux ont une assurance auto à un prix plus élevé comparé aux plus sécuritaires.

Pour calculer ce coefficient, l'assureur se base sur l'historique des douze derniers mois décalé de deux mois par rapport à l'échéance du contrat d'assurance. L'évolution du coefficient est recalculée à chaque fin d'année selon qu'un sinistre soit survenu ou non.

Exemple de calcul des bonus/malus

Prenons l'exemple de trois conducteurs qui souscrivent auprĂšs de la mĂȘme assurance. Le prix du contrat d'assurance est de 1000€.

  •  Le premier n'a pas d'accident la premiĂšre annĂ©e. Il bĂ©nĂ©ficie alors d'une prime de 5 % sur son coefficient au bout d'un ans. Il doit alors payer : 1000*(1-0,05) = 950€
  • Le second a un accident dont il subit la responsabilitĂ© totale. Il se voit alors infliger une majoration du prix de l'assurance Ă  la hauteur de 25 %. Il paye alors : 1000*(1+0,25) = 1250€
  • le troisiĂšme est impliquĂ© dans un accident aux torts partagĂ©s et donc partiellement responsable de l'accident. Il purge alors un malus de 12,5%. Le prix de son assurance l'annĂ©e suivante est de 1000*(1+0,125)= 1125€.


Cas 3- Accident aux torts partagĂ©s1000*(1+0,125)= 1125€
Cas 2- Responsable d'accident1000*(1+0,25) = 1250€
Cas 1- Pas d'accidents1000*(1-0,05)= 950€

Année 1


Lorsque vous prĂȘtez votre voiture, vous restez responsable de ce qu'il se passe au sein de la voiture. En cas d'accident, vous serez considĂ©rĂ©(e) comme responsable et subirez un malus.


Les conducteurs 2 et 3 ayant eu un accident mettront deux ans à récupérer leur coefficient initial de 1,00. En effet, quelque soit le malus appliqué, au bout de deux ans sans accidents, le coefficient du malus revient à 1,00.

Le coefficient minimal appliqué est de 0,5. Notez que pour parvenir à ce coefficient, il faut 13 ans de conduite sans accident responsable. Si un assuré a un coefficient de 0,5 (soit 50% de bonus, le maximum) depuis au moins 3 ans, un sinistre ne lui fera pas perdre son bonus. Il le conservera dans les trois ans qui surveilleront l'accident si aucun incident responsable supplémentaire n'est commis.

Le taux maximal est de 3,5 ; soit une majoration de 400% du prix du contrat d'assurance. Mais le malus appliqué peut aller encore plus loin en cas de fausse déclaration, délit de fuite ou alcoolémie.

Si vous changez d'assurance , les bonus et malus que vous possédez seront conservés puisque le relevé d'information, qui renseigne l'historique des sinistres enregistrés au contrat et indique les bonus/malus est transmis d'un assureur à l'autre.
Le nouvel assureur est alors en charge de toute la procédure administrative.

Obtenir votre bonus ou malus auto

Vous pouvez obtenir votre coefficient de bonus ou malus auprĂšs de votre assureur :

  • Sur l'avis d'Ă©chĂ©ance : document envoyĂ© par l'assureur Ă  chaque renouvellement de votre contrat, depuis l'avĂšnement de la Loi Chatel, l'avis d'Ă©chĂ©ance stipule le type de forfait pour lequel vous avez souscrit, votre coefficient de majoration/minoration et vous donnez le droit de rĂ©silier votre contrat.
  • Sur le relevĂ© d'information : document qui accompagne l'assurĂ© tout le long de sa vie, le relevĂ© d'information indique les informations essentielles concernant l'assurĂ© et notamment son coefficient de rĂ©duction/majoration.

Vous pouvez demander d'obtenir ce deuxiĂšme document par courrier, par mail ou par tĂ©lĂ©phone. L'assureur a alors l'obligation de vous le fournir dans un dĂ©lai de 15 jours.


Les accidents ne donnent pas systĂ©matiquement lieu Ă  un malus. Si votre responsabilitĂ© n'est pas engagĂ©e, vous ne serez pas sanctionnĂ©s. Par exemple, si votre voiture est endommagĂ©e alors que vous vous ĂȘtes correctement stationnĂ©, vous n'avez rien Ă  vous reprocher et vous ne risquez pas de malus. Les sinistres pour vol, incendie ou bris de glace n'entraĂźnent eux non plus pas de malus.

Accident sans gravitĂ© ? RĂ©glez ce problĂšme Ă  l’amiable

Le prix de l'assurance est souvent Ă©levĂ© et l'arrivĂ©e d'un malus donne lieu Ă  une augmentation non nĂ©gligeable de ce prix. Si vous ĂȘtes impliquĂ© dans un accident, privilĂ©giez le constat amiable . Vous n'ĂȘtes pas obligĂ© d'informer votre assureur d'un accident sans gravitĂ© et pouvez rĂ©gler ce problĂšme  Ă  l'amiable .

Ainsi, la dĂ©gradation partielle d'un rĂ©troviseur ou la rayure d'une portiĂšre de voiture ne vous coĂ»tera parfois que quelques dizaines d'euros Ă  rĂ©parer. Si vous dĂ©clarez cet incident auprĂšs de votre assurance, vous perdez les 5 % de remise dont vous auriez pu bĂ©nĂ©ficier sans dĂ©claration et vous aurez une franchise Ă  payer qui est la somme non remboursĂ©e par l'assureur Ă  l'assurĂ©. Ceci reprĂ©sente plus que les quelques dizaines d'euros remboursables. PrĂ©venir votre assureur ne vaut donc vraiment pas le coup. 

Ne pas déclarer un petit sinistre est également recommandé aux conducteurs malussés ou à la limite de la résiliation du contrat .

Cependant, ne pas informer son assureur d'un incident important ayant eu lieu vous expose à de nombreux risques allant du dédommagement insuffisant des dommages subis jusqu'à la poursuite pénale.