Publié le

En France, l'entretien et l'extension des autoroutes ne sont pas financés par des taxes, mais par des péages. Chaque année ou presque, les tarifs de ces péages augmentent. CapCar vous explique et commente le prix des péages.


A qui appartiennent les autoroutes en France ?

Des contrats de concession sont signés entre l'État et des sociétés privées pour un certain nombre d'années. Ces entreprises privées ont donc la responsabilité de s'occuper de l'entretien et de l'extension des autoroutes, en échange de quoi elles récoltent les sommes diffusées aux péages. Trois principaux groupes se séparent de la plus grande partie du réseau autoroutier français :

  • Vinci : Sud et Ouest de la France (ASF, Escota et Cofiroute)
  • Eiffage : Est de la France (APRP et Région)
  • Albertis : Nord de la France (SAPN et Sanef)

Pourquoi les prix des péages d’autoroutes ne cessent d’augmenter ?

Chaque 1er février, les tarifs autoroutiers sont revus à la hausse. En l'espace de 10 ans, ce tarif a augmenté de 20%. Ces hausses de prix sont décidées par les sociétés concessionnaires d'autoroutes. En effet, ce sont ces sociétés qui déterminent elles-mêmes l'augmentation des prix des péages sur leurs autoroutes, mais certaines contraintes sont à respecter :

  • Le contrat signé entre l'Etat et la société impose une certaine limite. Les tarifs ne peuvent donc pas augmenter au-delà de cette limite.
  • L'augmentation des prix doit être inférieure à l'inflation en France de 70 %, c'est-à-dire à l'augmentation générale des prix.

A quoi sert l’argent des péages ?

Pour expliquer comment est utilisé l'argent des péages, l'Association des sociétés françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage (Asfa) prend pour exemple une facture de 10 euros en 2017 :

  • 3 euros servent à la construction et à la modernisation du réseau
  • 3,90 euros sont pour les impôts et les taxes qui sont directement reversées à l'Etat.
  • 1,30 euro pour l'exploitation et le service
  • 1,70 euro de bénéfices pour le concessionnaire qui utilise cette somme pour rembourser les emprunts liés à la construction, continuer à développer des services innovants et rémunérer ses actionnaires.

Quelles sont les différentes catégories de véhicules ?

A chaque classe est attaché un tarif particulier. Les critères retenus pour la définition des classes sont :

  • La hauteur totale du véhicule
  • Le poids total autorisé en charge (PTAC)
  • Le nombre d'essieux au sol du véhicule

AttentionLes accessoires (enseignes taxi, antennes, etc...) et le chargement sur le toit d'un véhicule ou d'une remorque n'ont pas d'incidence sur le calcul de la hauteur totale. Les changements de toit ne sont pas pris en compte non plus.

Il existe 5 classes de véhicules pris en compte lors d'un passage au péage :

Classe 1 – Véhicules légers :

  • Véhicule ayant une hauteur totale inférieure ou égale à 2 mètres, d'un PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes.
  • Ensemble roulant ayant une hauteur totale inférieure ou égale à 2 mètres avec un véhicule tracteur d'un PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes.

Classe 2- Véhicules intermédiaires :

  • Véhicule ayant une hauteur totale supérieure à 2 mètres et inférieure à 3 mètres, d'un PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes.
  • Ensemble roulant ayant une hauteur totale supérieure à 2 mètres et inférieure à 3 mètres avec un véhicule tracteur d'un PTAC inférieur ou égal à 3,5 tonnes.

Classe 3 – Poids lourds, autocars et autres véhicules à 2 essieux :

  • Véhicule à 2 essieux ayant : soit une hauteur totale supérieure ou égale à 3 mètres soit un PTAC supérieur à 3,5 tonnes.

Classe 4 – Poids lourds, autocars et autres véhicules à 3 essieux et plus :

  • Véhicules à 3 essieux et plus ayant une hauteur supérieure ou égale à 3 mètres ou un PTAC supérieur à 3,5 tonnes.
  • Ensemble roulant ayant une hauteur totale supérieure ou égale à 3 mètres.

Classe 5 :

  • Moto, side-car, Trike.

Bon à savoir : le cas des véhicules de transport de personnes à mobilité réduite.

Si vous circulez avec un véhicule de classe 2 aménagé pour le transport de personnes handicapées, vous bénéficiez de la classe 1 si la carte grise du véhicule porte la mention « handicap ». Il vous suffit d'appuyer sur le bouton assistance de la borne de péage et de présenter la carte grise de votre voiture.