Publié le

Vous souhaitez acheter une nouvelle voiture mais vous n’avez pas encore le capital nécessaire pour l’obtenir ? Les constructeurs vous proposent plus de flexibilité grâce au leasing. Ce modèle de financement est de plus en plus plébiscité ces dernières années.

Pourtant, la souscription d’une LOA comporte des inconvénients et des risques qu’il faut connaître quand on s’engage financièrement. CapCar vous en dit plus sur le financement avec option d’achat.

Les inconvénients d’acheter en LOA

La Location avec Option d’Achat a de nombreux avantages quand on veut changer de voiture, et est proposée par l’ensemble des gros constructeurs (Renault, Peugeot, Volkswagen, Citroën, Ford, Audi, Mercedes, …). Mais il faut être conscient que son modèle comporte aussi des inconvénients que vous devez connaître avant d’en bénéficier.

1. Vous n’êtes pas le propriétaire de la voiture

Un leasing ne vous rend pas propriétaire de votre auto, même si la carte grise est à votre nom. Dans ce type de location longue durée, c’est le loueur, l’organisme financier qui vous accorde le financement, qui est propriétaire de l’auto. Vous ne pourrez en devenir officiellement propriétaire que si vous rachetez l’auto à la fin du contrat, au prix de l’option d’achat fixée au départ.

2. Le kilométrage autorisé est fixé à l’avance

Quand on décide de souscrire à une LOA, on doit négocier un kilométrage autorisé par année en fonction du modèle et de la motorisation de l’auto que l’on choisit. Généralement, il est rare de pouvoir parcourir plus de 15 000 km par an avec un véhicule essence tandis qu’avec un véhicule diesel il sera difficile de dépasser 25 000 km annuels.

Si jamais il vous arrivait de dépasser votre kilométrage annuel, chaque kilomètre supplémentaire peut s’avérer coûteux : de 5 à 10 centimes par kilomètretre en fonction de votre contrat.

3. Il y a des coûts annexes

Il existe également de nombreux coûts annexes auxquels on ne pense pas quand on s’engage dans un contrat de location comme le leasing. On doit par exemple déposer un dépôt de garantie lors de la signature de la LOA. Or, celui-ci ne nous sera remboursé qu’au terme du contrat à la condition que le véhicule reste en très bon état (si l’auto a des coups ou des rayures, il vaut mieux les faire refaire avant de la rendre !).

Une LOA nous impose ainsi un entretien irréprochable du véhicule, car celui-ci doit être rendu en bon état au terme du contrat. Vous êtes donc responsable des frais d’entretien, des possibles réparations et de l’assurance comme si vous étiez réellement propriétaire du véhicule.

Par ailleurs, une LOA n’est pas gratuite, puisqu’un taux d’intérêt est fixé sur le montant prêté. Le coût total de votre voiture sera donc plus élevé que dans le cas d’un achat comptant car l’amortissement est sujet aux intérêts.

4. Il faut bien s’assurer

Attention donc, car une simple rayure peut vous coûter très cher et sa réparation peut souvent atteindre des prix importants (par exemple jusqu’à 500 €). C’est pourquoi, il est nécessaire de souscrire à une assurance véhicule neuf, c’est-à-dire une assurance tous risques qui non seulement couvre la responsabilité civile mais aussi votre véhicule. 

Vous pouvez vous renseigner sur les coûts auprès de votre assureur, mais si vous n’avez pas une prime d’assurance importante, vous risquez de voir votre coût s’envoler. Vous pouvez utiliser un comparateur d’assurance pour vérifier les différents tarifs pour l’auto que vous convoitez. Si votre auto est fortement dégradée, brûlée ou volée, le problème est que vous devrez quand même continuer à rembourser l’organisme financier, même si la voiture n’est plus là !

C’est pour cette raison que vous devrez bien assurer l’auto mais aussi prendre une assurance emprunteur complémentaire sur la location en cas de problème. De nombreuses sociétés la proposent d’office. Vous devrez aussi parfois prendre des assurances complémentaires pour vous couvrir en cas de décès ou invalidité, car sinon ce sera à vos héritiers de prendre le coût de la location à leur charge.

Il faut donc prendre en compte les coûts supplémentaires induits par l’assurance avant de signer un contrat LOA.

Quels sont les risques de la LOA ?

1. L’impossibilité de rembourser ses échéances

Le risque majeur quand on souscrit à une location avec option d’achat, c’est d’être dans l’impossibilité de pouvoir payer les mensualités. En effet, si l’on se retrouve en situation de défaillance financière, la société de crédit peut exiger la récupération de la voiture et de faire payer les mensualités impayées conformément à l’article D 311-13 du Code de la consommation (attention au taux des intérêts).

Il est donc nécessaire de bien négocier son contrat et de prendre en compte ses capacités de remboursement pour éviter de se retrouver dans une situation financière problématique. Faites également attention à ce que votre LOA ne grève pas vos capacités d’emprunt. Ce système est plus lourd qu’un crédit classique, et sera pris en compte pour le calcul de votre capacité d’emprunt.

Si votre leasing est élevé, cela peut vous porter préjudice dans le cadre d’un autre emprunt, pour un achat immobilier par exemple.

Pour rembourser une LOA, il faut être certain de ses capacités de remboursement

2. La difficulté à racheter l’auto en fin de contrat

Si vous n’avez aucun problème pour rembourser vos échéances, vous serez considéré comme un bon payeur, mais attention, un autre risque subsiste. Si à la fin du contrat, après 36 mois ou bien 48 mois de mensualités réglées sans aucun retard, vous souhaitez finalement acquérir le véhicule mais n’êtes pas en capacité de régler le prix de l’option d’achat, l’organisme financier le récupérera et vous n’aurez plus de voiture !

De nombreuses personnes qui passent par une LOA le font justement dans le but de reprendre un autre véhicule à la fin de la location, et ne choisissent pas l’option d’achat.  Évidemment, il s’agit là d’une perte sèche sur l’ensemble des mensualités que vous avez versé, puisque l’auto ne vous revient pas au final. En revanche, vous aurez eu la jouissance d’une auto impeccable pendant tout le temps de la location. 

3. Une LOA peut ne pas convenir à votre besoin

Si votre plan concernant l’achat de votre voiture ne rentre pas dans le cadre classique de la LOA, il faut sans doute que vous regardiez les autres solutions de financement qui s’offrent à vous. Si votre but est d’aller au bout de la location et de ne pas racheter la voiture, vous pouvez aussi vous tourner vers d’autres types de contrats, notamment la location longue durée (voir notre comparatif entre LOA et LLD). Celle-ci a la particularité de vous permettre de rembourser l’auto petit à petit et vous avez des services compris à l’intérieur (comme l’entretien et l’extension de la garantie constructeur), mais a aussi des inconvénients. Elle convient beaucoup aux sociétés.

Vous pouvez aussi opter pour un crédit classique, dont l’avantage est que vous pouvez devenir propriétaire de l’auto dès le départ. Vous risquez en revanche de rembourser beaucoup tous les mois sans apport, il sera plus judicieux d’apporter une partie du prix de l’auto pour réduire les échéances.

Avant de s’engager et de signer trop rapidement un contrat de leasing, il est très important d’être bien renseigné et d’avoir pris en compte vos capacités de remboursement et les coûts annexes aux montant du loyer. Faites attention à ce que ce système soit bien rentable pour vous.

Si vous souhaitez simuler un achat en LOA, il existe de nombreux sites sur lesquels vous pouvez vous référer. Sachez également qu’un intermédiaire de confiance comme CapCar propose des véhicules d’occasion de qualité récents et à faible kilométrage, qui sont une bonne option pour votre achat.

Si vous avez souscrit un contrat LOA et que vous désirez revendre votre véhicule à des particuliers sachez que nous pouvons aussi simplifier votre transaction à moindre frais. Renseignez vous en cliquant sur les boutons ci-dessous !